• Romance
  • Editions 84, collection « J’ai lu » (pour celle en ma possession).
  • 4 mai 2016
  • 512 pp

Résumé

Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune Suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l’Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l’invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l’attend : Amy est décédée. Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce aux livres, bien sûr.

Mon coup d’oeil

Un jour ponctué d’attentes, sans livre dans mon sac. Quelle erreur ! Je pensais pouvoir patienter autrement, m’atteler à autre chose qu’à la lecture. Flâner dans les rues, observer les passants, ces anonymes que nous rencontrons chaque jour, téléphoner, rêver, tout ça j’aurais très bien pu faire. Je le fais souvent. Mais je me suis arrêtée à un point de vente, il y avait des livres. Mon regard s’est arrêté sur celui-ci, s’accordant à un vague souvenir qui glissait là dans ma mémoire. J’en avais entendu parler. Le titre m’avait séduite, un peu comme Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates – j’avais adoré ce dernier, par ailleurs, il m’avait donné envie de me rendre sur l’île de Guernesey. Je suis contente d’y être finalement allée. Irai-je en Iowa, pour autant ? Je ne sais pas, mais une fois le livre refermé, j’ai contacté mon oncle. Il vit en Californie. Alors…

Un roman suédois. Une belle écriture, fluide, profonde et précise dans sa peinture des personnages. Dès la première page, je m’attache à Sara, je vis le dépaysement, l’inconnu avec elle et la situation décalée. Je m’attache à Amy, j’aurais souhaité la rencontrer moi aussi. Je m’attache à Grâce, à Jen, à Andy et Carl, à Josh, à Annie, Gertrude, à John, à Tom, à Claire et à Caroline contre toute attente. J’ai appris à aimer toutes ces personnes, comme l’a fait Sara. J’ai appris à aimer la ville de Broken Wheel, malgré son allure négligée, fantomatique. Un patelin plus qu’une ville à vrai dire, plein de surprises et d’amour. Aussi incarné qu’un personnage peut l’être. J’y ai surtout adoré George, ce “pauvre” George, apparemment si insignifiant. Il m’a semblé tenir un rôle important dès le début.

La bibliothèque des coeurs cabossés est une aventure de vies. C’est une romance mais pour moi, l’auteur parle de l’Amour en général. L’amour pour une ville, l’amour pour ses habitants, ce bien-être ressenti quand on a enfin trouvé “sa” place. L’amour pour une personne que l’on n’a jamais rencontrée et que l’on connaît bien, pourtant. Amour que le lecteur expérimente à chaque fois. On est l’ombre de Sara, ce personnage central qui redonne vie et âme aux lieux, aux gens qu’elle rencontre, ici. On découvre de nouveaux livres et redécouvre son amour pour eux. Tout du long, j’ai été très curieuse des conseils de Sara en la matière (je ne cache pas que j’ai été déçue par son conseil à Sophy, j’aurais aimé découvrir un autre livre au sujet des dragons mais ce n’est pas grave).

Alors que le premier chapitre donne le ton d’un combat entre la littérature et la vie, Sara apprend qu’il n’y a pas de lutte, il n’y a pas de préférences. Elles s’entrecroisent et avancent ensemble. Elles s’inspirent l’une, l’autre…

Bref, un véritable coup de cœur à lire et relire ! Un roman rafraîchissant, éclatant et pittoresque. Rayonnant comme un plexus solaire 😉 !

©Signature