• Slice of life/tragédie
  • Grasset, collection « Points »
  • 21 janvier 2017
  • 144 pp

Résumé

Un dîner en ville. Au menu, nourriture bio, affaires et éducation des enfants. Claire s’ennuie et décide de rentrer seule à vélo. Elle ne le sait pas encore mais sa vie vient de basculer. Tour à tour victime puis criminelle, Claire échoue en prison et refuse obstinément de s’expliquer. À la veille de son jugement, elle se décide enfin à sortir de son mutisme…

Mon coup d’oeil

Ce petit livre a atterri chez moi dimanche, je ne l’ai pas entamé tout de suite. Il a été ma lecture des allers et retours. Habillant les temps de latence dans les transports en commun.

Une écriture épurée, parfois saccadée en coups-de-poing. Dès les vingt premières pages on s’imagine l’enjeu, le crime. On s’imagine pourquoi et on en vient presque à comprendre. Spectateur de la tragédie, on en devient complice. Une horreur.

Et pleure notre humanité.
Entre jugement et compassion, elle se déchire.

Mais Mathieu Menegaux nous dévoile la surprise des derniers instants. Une de celle qui achève. Le coup de grâce balayant toutes les protections de l’esprit humain.

Le choc, comme une mort, comme une dépossession.

« Le sol s’est dérobé sous mes pieds, le ciel m’est tombé sur la tête et je me suis sentie fissurée, de haut en bas, déchirée comme le serait une feuille de papier avant d’être chiffonée et jetée dans la corbeille », p.134.

Un petit livre bouleversant jusqu’aux larmes…

©Signature