• Album jeunesse / Handicap / Autisme
  • Editions Bilboquet
  • 1 mars 2009
  • 30 pp

Résumé

Anatole traîne toujours derrière lui sa petite casserole.

Elle lui est tombée dessus un jour…

On ne sait pas très bien pourquoi.

Depuis, elle se coince partout et l’empêche d’avancer.

Un jour, il en a assez.

Il décide de se cacher.

Mais heureusement, les choses ne sont pas si simples…

Mon coup d’oeil

Les Editions Bilboquet existent depuis 1994 et « se donnent pour mission d’ouvrir l’esprit des plus jeunes à la différence… ». La collection « Trésors » dont fait partie La Petite casserole d’Anatole regroupe des « textes courts et forts et des illustrations simples et évocatrices ». « Différence et citoyenneté [sont traitées] dans une approche épurée. »

Lorsque j’ai cherché des livres sur le thème du handicap psychique, cette maison d’édition m’a conseillé de lire La petite casserole d’Anatole en m’affirmant que le thème central en était l’autisme. Ma lecture a donc été guidée par l’idée que le personnage principal, Anatole, était autiste. Pourtant le handicap n’est pas précisé, puisqu’il est symbolisé par une casserole. Aussi, le lecteur peut voir ce qu’il souhaite dans cet objet-obstacle de la vie quotidienne…

L’histoire enseigne à Anatole et au lecteur que les entraves ne sont pas négatives si nous osons les regarder sous un autre angle. Alors, ce qui freine peut se révéler être des impulsions dans la vie.

J’ai trouvé cet ouvrage « sublime ». Je ne trouve pas d’autres mots. Les éditions Bilboquet ont tenu leurs promesses. L’auteur, Isabelle Carrier, nous propose un « trésor » plein de candeur dans ses mots et dans ses traits.

Un album pour les enfants et pour les grands que je conseille vivement. Un très gros coup de cœur adapté en film d’animation aussi à découvrir !

Signature©