Je suis prête à embarquer avec toute la peur qui me tombe dans le ventre comme une enclume. Ma première aventure solitaire. Certains penseront que ce n’est rien, pas grand chose mais pour moi, à l’instant où je gribouille sur mon carnet, c’est tout.

L’aéroport de Nice est magnifique, surtout le Terminal 2. Quand je relis cette phrase que j’ai écrite, je reste perplexe. Ai-je vraiment pensé ça ? J’ai beau creuser, j’ai pensé ça. Cette soucoupe volante ouverte sur le ciel avait dû me susurrer plein de promesses à l’oreille. Je ne pouvais qu’en tomber amoureuse

J’ai sollicité l’assistance aux PMR (Personnes à Mobilité Réduite) un peu à contrecœur. Oui, je n’aime pas sensation d’être, comment ? Assistée. Et pourtant, assise dans mon fauteuil roulant sans aucun pouvoir sur ma direction – quelqu’un me pousse -, je me sens quelque peu protégée. Alors, je laisse aller.

Je n’arrive pas à le croire… ça y est j’ai décollé ! Je m’envoie en l’air littéralement en l’air, seule ! C’est vraiment grisant, excitant, flippant…

C’est fou, le nombre de personnes que l’on croise avant de s’asseoir dans l’avion. La personne qui m’a enregistrée sur le vol, par exemple ? Un homme avec un léger embonpoint, le regard bleu et les tempes grisonnantes me regarde de toute sa gentillesse.

– Vous allez où en Bretagne ?

– D’abord, à Saint-Malo…

– Quelle chance ! Vous allez voir, c’est magnifique, la destination rêvée ! J’y vais tous les printemps, je ne m’en lasse pas. Je vous conseille le restaurant A la Duchesse Anne. C’est un délice, si vous avez l’occasion !, me dit-il enjoué.

– D’accord, j’essaierai de m’en souvenir, merci !

Avant d’oublier, il m’a fortement recommandé de faire du bateau – je ne saurais plus dire lequel maintenant -, si j’avais le temps.  C’est vrai, j’adorerais en faire ! Ses paroles font revenir en un éclair mon envie de chute libre ! Ca aussi j’adorerais ! Mais c’est quelque chose que je ne veux pas faire seule, comme le bateau. C’est quelque chose que j’ai besoin de partager.

Enfin bref, je m’envole et c’est déjà bien. Entre ciel et terre, je me dis que neuf jours ne suffiront pas…

©
Signature